jeudi 31 octobre 2013

Betty and the Dragon







(Déroule pour accéder à la version française)


Once upon a time in a faraway land, there was a little princess called Betty. She was the yougest of four children, and her family ruled with justice over the country and were loved by the people.


Betty's sister were called Beauty, Sophie and Melody and all three of them were very talented and had a lot of friends.


Beauty was the eldest, and she was the fairest of the realm. She kept telling Betty :


“You should comb your hair and take better care of your clothes; no one is going to look at you if you keep hanging around like that!” But Betty did not care about people looking at her and she kept hanging around with her hair down and barefoot.


Shophie was not the eldest, but she was by far the wisest. She was very clever and had a special gift with maths and literature. She kept telling her little sister : “You should stop acting like a child and get to read some proper books, or no one will ever get interested in you.” But Betty did not care about uninteresting books and uninterested people and she kept hanging around playing in the fields.


Melody was only one year older than Betty but she was a true artist. She could play any instrument with great talent and her paintings were astonishing. She kept telling Betty : “You should try to be more sensitive and express yourself through some kind of art. Stop being so shy or people will just think you have no feelings and they will never love you.”


Betty did not care about arts, but she was becoming bothered with all this advice, so she went to see her parents and asked them if they loved her. They did not seem to hear her, and they went on, giving advice, telling her ti be more like this and less like that. Betty was very angry at them, she was angry at everyone by that time, and decided to run off.


She ran and ran and ran until she got lost in the woods. There she stopped, and sat. She was still angry at everyone, but now she felt more like crying. She was all by herself and began to feel very lonely.


“All I wanted was to be myself, and to be loved for nothing else. And now I am lost in this forest, and no one will look for me, because no one loves me.”


She began to be very frightened, and this did not improve when she heard terrible noises not far from her. The ground began to tremble, the trees were shaking and it was as if something huge was moving towards her.


“What are you doing in my woods?” It was a gigantic dragon. He was showing her his teeth and looked very very very angry. Smoke was coming out of his nostrils and his bat-like wings were flapping nervously on his back. Betty stopped being scared. She stood up, and said to him defiantly : “I ran off, and I am going to live in these woods, because people say I'm dumb and ugly and selfish and I don't care! And I am not going to let myself be eaten by a terrible beast!”


The Dragon took a step backward.


“Who said I was terrible?” he asked.


“Well, you look very angry, and you were going to eat me : that's terrible.”


“I'm not going to eat you! Even though I am definetely hungry. But not angry! That is just what people think. Everyone always assume that because we are big and breathe fire we are childeaters and bad omens and I don't know what...”


“So, you're not going to eat me.”


“Absolutely not! First because I'm not a monster and second because you probably taste awfully bad : I don't eat meat.”


“You don't?”


The Dragon rolled his eyes and sighed.


“Another thing people assume without knowing.”


Betty was not scared at all any more, and she even began to forget being angry for a while. She put her hands deep into her pockets and caught what was hidden there : full hands of red juicy berries.


“Have them all if you want, you'll be a little less hungry,” she told the dragon.


“Really? But then you won't have anything for yourself.”


“I'll find something else later, it's fine.”


The Dragon said it was very generous of her and ate them all. He thanked her again and she asked him a lot of questions about dragons while he asked questions about her. They chatted a while a rapidly became friends.


Betty lived for some time with the dragon in the forest. She was never bored and could do whatever she wanted without being given advice. The dragon introduced her to other dragons, and they all loved her because they thought she was funny and kind, and because they had no reason not to like her.


Betty had grown up almost to teenage when she began to miss her parents. She missed them for no particular reason that they were her family, and she decided to go back to her land. She asked the dragon to help her, but he felt like arguying a little.


“You said no one loves you over there. You said they tried to make you act like someone you're not,” he grumbles.


“Yes, I did. But I don't care, I love them, and now thanks to you I know I'm worth loving for myself. I'll show them.”


So Betty flew all the way back home on the dragon. She promised to visit them often and to keep being herself and no one else. Her whole family and the realm cried out of joy to see her back, and she became as loved as her sisters by everyone, because she was the most confident of them all.


The end.


(because even though it is not the end, we should always find this word after a nice dragontale right?)



Il était une fois, dans un pays lointain, une petite princesse qui s'appelait Betty. C'était la plus jeune d'une famille de quatre enfants, et ses parents dirigeaient le royaume avec justice et étaient aimés du peuple.


Les soeurs de Betty s'appelaient Belle, Sophie et Mélodie et toutes les trois étaient pleine de talent et avaient énormément d'amis. Belle était l'ainé et c'était la plus belle de tout le royaume. Elle répétait sans cesse à Betty :


“Tu devrais mieux te coiffer, et faire plus attention à tes vêtements ; personne ne te prêtera attention si tu continues à te promener comme ça!”


Mais Betty n'avait que faire de l'attention des gens et elle continua à se promener pieds nus et les cheveux au vent.


Sophie n'était pas l'ainé, mais c'était sans aucune doute la plus sage. Elle était très intelligente and avait un don tout particulier pour les mathématiques et la littérature. Elle répétait sans cesse à sa petite soeur :


“Tu devrais arrêter de te comporter comme une enfant et commencer à lire de vrais livres, ou personne de s'intéressera jamais à toi!” Mais Betty n'avait que faire des livres inintéressants et des gens inintéressés, et elle continua à se promener et à jouer dans les champs.


Melody n'avait qu'un an de plus que Betty mais c'était une vraie artiste. Elle pouvait jouer de tous les instruments et peignait avec beaucoup de goût. Elle répétait sans cesse à Betty :


“Tu devrais essayer d'être plus sensible et de t'exprimer par un art quelconque. Arrête d'être aussi timide ou les gens vont penser que tu n'as pas de sentiment du tout et ils ne t'aimeront jamais.”


Betty n'avait que faire de l'art, mais tous ces conseils commençaient à l'ennuyer, et elle alla trouver ses parents pour leur demander s'ils l'aimaient. Ils n'eurent pas l'air de l'entendre, et lui donnèrent à son tour des conseils, lui disant d'être plus comme ceci et moins comme cela. Betty était très en colère contre eux, et à ce moment, elle fut en colère contre le monde entier et décida de s'enfuir.


Elle couru, couru et couru jusqu'à se perdre dans les bois. Là, elle s'arrêta, et s’assit. Elle était toujours en colère contre tout le monde, mais maintenant elle avait surtout envie de pleurer. Elle était livrée à elle même et commença à se sentir très seule.


« Tout ce que je voulais c'était être moi même, et qu'on m'aime pour ça et pour rien d'autre. Maintenant je suis perdue dans la forêt, et personne ne viendra me chercher, parce que personne ne m'aime. »


Elle commençait à avoir peur, et cela n'alla pas en s'améliorant quand elle entendit d'énormes bruits pas très loin d'elle. Le sol se mit à vibrer, les arbres tremblèrent comme si quelque chose d'immense se rapprochait d'elle.


« Que fais-tu dans ma forêt ? »


C'était un gigantesque dragon. Il montrait les dents et avait l'air très très en colère. De la fumée sortait de ses narines et ses ailes semblable à des ailes de chauve-souris battaient nerveusement dans son dos. Betty cessa d'avoir peur. Elle se releva, et déclara sur un air de défi : « Je me suis enfuie, et je vais vivre dans cette forêt, parce que les gens pensent que je suis stupide, moche et égoïste mais je m'en fiche ! Et je ne vais certainement pas me laisser manger par une horrible bête ! »


« Qui a dit que j'étais horrible ? » demanda-t-il.


« Et bien, tu as l'air très en colère et tu allais me manger : c'est assez horrible. »


« Je ne vais pas te manger ! Même si c'est vrai que j'ai faim. Mais je ne suis pas en colère ! C'est juste ce que les gens pensent. Tout le monde présume que parce que nous sommes très grands et parce que l'on crache du feu nous sommes des mangeurs d'enfants, de mauvais présages ou je ne sais quoi d'autre... »


« Donc, tu ne vas pas me manger. »


« Absolument pas. D'abord parce que je ne suis pas un monstre, et ensuite parce que tu as sûrement très mauvais goût : je ne mange pas de viande. »


« Tu ne manges pas de viande ? » répéta la petite fille.


Le dragon leva les yeux au ciel et soupira.


« Encore quelque chose que les gens pensent sans savoir. »


Betty n'était plus du tout effrayée à présent, et elle commença même à oublier d'être en colère. Elle enfonça ses mains dans ses poches et attrapa ce qu'elle y avait caché : des baies bien rouges et bien juteuses.


« Prend tout si tu veux, tu auras un peu moins faim, » dit-elle au dragon.


« Vraiment ? Mais il n'y aura plus rien pour toi. »


« Je trouverai autre chose plus tard, ce n'est pas grave. »


Le dragon lui dit que c'était très généreux de sa part et mangea toutes les baies. Il la remercia encore, et elle se mit à lui poser pleins de questions sur les dragons, tandis qu'il se mit à lui poser des questions sur elle. Il discutèrent un moment et devinrent rapidement amis.


Betty vécu quelques temps avec le dragon dans la forêt. Elle ne s'ennuyait jamais et pouvait faire tout ce qu'elle voulait sans qu'on lui donne aucun conseil. Le dragon lui présenta d'autres dragons, et ils aimèrent tous Betty, parce qu'ils la trouvaient drôle et gentille, et parce qu'ils n'avaient aucune raison de ne pas l'aimer.


Betty était presque devenu une une jeune fille quand ses parents commencèrent à lui manquer. Ils ne lui manquaient pour aucune raison particulière, sinon qu'ils étaient sa famille, et elle décida de rentrer au royaume. Elle demanda au dragon de l'aider, mais celui-ci n'allait pas la laisser partir sans se battre pour qu'elle reste.


« Tu as dit que personne ne t'aimais là-bas. Tu as dis qu'ils essayaient de te faire devenir quelqu'un que tu n'es pas, » ronchonna-t-il.


« C'est vrai. Mais je m'en fiche, moi je les aime, et maintenant, grâce à toi, je sais que je vaux la peine d'être aimée pour ce que je suis. Je vais leur montrer ! »


Betty vola donc vers son foyer sur le dos du dragon. Elle promit à tous ses amis dragons de venir les voir souvent et qu'elle resterait elle même quoi qu'il arrive. Toute sa famille pleura de joie de la revoir, et elle devint aussi populaire que ses sœurs, parce qu'elle était la plus confiante de tout le royaume.

Fin. (parce que même si ce n'est pas la fin, on devrait toujours trouver ce mot après un bon conte de dragons, n'est-ce pas?)

2 commentaires:

  1. Réponses
    1. C'est vrai tu aimes? Je dois l'améliorer pour un devoir,et comme personne ne me dis ou ça ne va pas je ne sais pas quoi faire x) Merci en tout cas!

      Supprimer